La dernière mise sur le marché d’obligations françaises par l’agence France Trésor n’a rencontré aucune difficulté pour placer un peu moins de 8 milliards d’euros à des taux en baisse par rapport aux placements précédents.

Comment expliquer ce succès, ou du moins cette absence d’échec, alors que c’était la première émission d’obligations d’Etat après la dégradation en AA+.

Une première réponse réside dans l’anticipation que les marchés avaient fait de cette dégradation, les taux d’intérêts avaient déjà grimpé ces derniers mois, et la France empruntait déjà à des taux correspondant à une note dégradée.

La deuxième explication, concerne l’afflux de liquidités que la BCE a mis à disposition des banques dernièrement, ces 500 milliards d’euros ont servi, du moins en partie, à financer ces obligations. Ce n’est donc pas vraiment le marché qui a acheté mais la BCE, par l’intermédiation des banques européennes.

Ensuite, les marchés ont surement été rassurés par la dégradation de la dette souveraine française d’un seul cran, car le doute persistait d’une dégradation de la France de deux crans d’un seul coup, comme cela a été le cas pour d’autres pays européens.

Cette dernière explication, est pour le moins une bonne nouvelle, dans un environnement dépressif !