Comme si le principe de réalité économique reprenait la main sur le volontarisme politique de l’euro.

Il n’est plus possible de se financer à 17 alors, dans une fuite en avant les 6 pays encore cotés triple A vont faire leur club. Ce club pourrait mutualiser sa dette, et la mettre sur les marchés, avec les meilleurs taux.

Les 6 pays du club sont, et ce n’est pas un hasard, majoritairement les pays de l’ancienne zone mark, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, le Luxembourg, plus la Finlande et la France.

L’intérêt d’un club réduit est de revenir à des fondamentaux économiques, avec des économies de niveaux proches ou similaires.

Pour la France, c’est l’ultime tentative de conserver son AAA, pour l’Allemagne c’est le moyen de retrouver la confiance des marchés après la petite frayeur de mercredi dernier.

Pour les quatre autres pays, c’est le moyen de rester dans un club bien coté.

Bref, chacun sauve sa peau, mais à six, serait-ce la fin de l’euro à 17 ?